Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Nana Mouskouri (1962)

Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Nana Mouskouri (1962)

Eté 1962, après 4 ans de carrière professionnelle dont 2 années parisiennes à tout juste 25 ans, la jeune Ioánna Moúskhouri est envoyée à New-York par les labels Mercury et Fontana pour enregistrer un album de jazz.

Elle aura la chance d'être sous la direction de l'exigeant Quincy Jones, lui âgé de 29 ans et à ce moment là directeur musical de Mercury. Pour elle qui est étrangère, tant au niveau de la culture musicale jazz que de la culture du pays, cet enregistrement représente un réel challenge. Elle prend le temps de s'y préparer, travaille sa phonologie pour avoir un accent anglais impeccable, passe trois semaines à arpenter les rues de New-York pour s'imprégner de la ville et fréquente les clubs de jazz le soir.

Le résultat donne un petit joyau inattendu, grâce aussi à l'équipe qui se trouve sur ce projet. Nana chante avec l'orchestre du grand Torrie Zito, l'arrangeur Charles Albertine et le très récompensé ingénieur du son Phil Ramone ont su mettre en avant le génie vocal de Nana. Elle-même, entre nonchalance et mélancolie, se promène dans ces standards de jazz telle une diva. Disposant déjà de larges capacités vocales, elle a su rester sobre et subtile quand il le fallait.

La particularité de l'album pour l'époque est que les morceaux sont très courts - 2'30 pour 5 à 6 minutes habituellement dans le domaine du jazz. Cela s'explique par le fait que ni Nana ni les musiciens n'improvisent. Malgré cette expérience positive, Nana ne fera plus jamais aucun album de jazz. Elle créé cependant l'évènement en interprétant des standards au Jazzopen Festival de Stuttgart en 2002, 40 ans plus tard.

On écoute un des morceaux les plus encensés, "Hold Me, Kiss Me, Thrill Me" initialement interprété par Karen Chandler en 1952.

Say what?

 
 

Hello world!
x