NOW PLAYING

LIVE UP NEXT

One Artist, One Song

Puisqu'une seule chanson est souvent le déclic qui nous amène à découvrir l'œuvre d'un artiste, c'est la formule que nous avons choisie pour vous les faire découvrir. Artistes légendaires, one-hit wonders et nouvelles signatures peuplent cette page.

Manteca, Dizzy Gillespie (1947)

John Birks "Dizzy" Gillespie était un trompettiste de jazz américain né en 1917 et mort en 1993. Il est considéré comme l'un des trompettistes les plus importants de l'histoire du jazz avec Louis Armstrong et Miles Davis. Au delà de son talent, Dizzy Gillespie a beaucoup apporté de par sa participation à la création du bebop et pour son rôle majeur dans l'introduction de rythmes latino-américains. Il va sans dire que son influence a été considérable et qu'on la retrouve encore aujourd'hui.

Dizzy Gillespie commence la trompette à l'âge de 12 ans en autodidacte. En 1935, il décide d'arrêter l'école pour se consacrer à la musique. Ses grandes capacités lui permettent de rejoindre rapidement différentes formations de renoms comme celles de Cab Calloway et Duke Ellington. Nous sommes alors en pleine période du swing et des bigs bands mais ce style musical parle peu au jeune Dizzy. Trompettiste déjà très doué techniquement, il décide d'ajouter ses propres ingrédients : vitesse d'exécution, acrobaties musicales et harmonies originales. Il formera son premier band peu de temps après, en 1946, avec quelques jeunes jazzmen prometteurs Thelonious Monk, John Coltrane et Milt Jackson. C'est à partir de ce moment là qu'il pourra librement jouer sa musique et devenir une icône de ce nouveau mouvement, pas toujours apprécié à ses débuts (comme d'habitude quand il s'agit de nouveauté). Il donnera même quelques conseils à de jeunes jazzmen grandissant dont notamment Miles Davis.

Une rencontre, parmi tant d'autres, marquera sa musique et la fin des années 40. Celle de Chano Pozo en 1947, un percussionniste cubain. C'est à ses côtés qu'il jettera les bases du jazz afro-cubain, mélange de jazz, mambo, merengue, cha-cha-cha et salsa. Ils co-écrivent la même année "Manteca", titre qui deviendra l'un des dignes représentants de ce nouveau jazz. Une révolution musicale et en même temps une dénonciation du racisme faisant alors rage aux États-Unis. "I'll never go back to Georgia".

2 réponses à “Manteca, Dizzy Gillespie (1947)”

  1. Antoine dit :

    De quel album est tiré cette version ?

  2. vax dit :

    c'est une version extended qui est sur l'album The Source (1973)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The Bar

6 rue Beaurepaire
75010 Paris
Lun. - Ven.
Sam.
Dim.
18:00 - 02:00
14:00 - 02:00
14:00 - 23:00

Depuis 2009, Le Mellotron joue une partition singulière qui rassemble une communauté toujours plus grande d'amoureux de musique. Installé au coeur de Paris, Le Mellotron bat au rythme de la ville et se nourrit de sa diversité, de ses rues et ses passants. Il en émane une musique profonde, essentielle qui s'inscrit dans les âmes, dans l'espace et le temps.

Le Mellotron is all about people and music. In the beginning it was a blog that quickly takes the shape of a webradio gathering a growing community of music curators and lovers. Located in a bar just steps from Place de la Republique, in the heart of Paris, Le Mellotron beats day after day to the rhythm of the city, its people and streets. We strongly believe in a an emerging parisian musical scene, moved by its curiosity, able to capture and transform its worldwide influences. LeMellotron will be its amplifier.